Tout commence par une famille. Une famille qui peut être constitué simplement d’un couple, d’un couple avec des enfants, ou même plus large encore. C’est une famille qui a une histoire commune et unique : c’est son histoire.

Lorsqu’elle ressent le besoin d’immortaliser un trait qui lui ressemble, on parle alors de capturer ce qui correspond à une vraie signature familiale. C’est là que j’interviens pour comprendre cette signature et identifier sa couleur, sa spécificité pour cette famille en particulier.

Deux familles peuvent être passionnées par la même activité, mais elles ne le vivront pas du tout de la même manière. Le but est de rendre compte de cette unicité en réalisant une mise en scène sur mesure où chacun trouve sa place. Toute la difficulté est de trouver l’équilibre entre deux extrêmes tout en restant ambitieux. D’un côté une mise en scène plate et impersonnelle et de l’autre une mise en scène ultra sophistiquée et illisible.

Rentrons maintenant dans le concret et le processus créatif permettant d’aller vers cette mise en scène unique.

La première étape consiste à rencontrer la famille dans un lieu agréable, cela permet à tout le monde de se détendre. Lorsque tout le monde est détendu, les relations positives au sein de la famille ressortent beaucoup plus facilement, et c’est cela qu’il est essentiel de percevoir.

Après avoir échangé quelques mots pour mieux se connaître, j’aime bien rentrer assez vite dans le vif du sujet… En posant des questions générales, des questions précises, des questions adressées aux enfants et en écoutant beaucoup, j’ouvre mes oreilles et observe les interactions pour capter l’énergie de cette famille que j’ai devant moi. Tout en prenant des notes pour retenir quelques éléments factuels qui pourront me servir, l’important pour moi est vraiment de ressentir ce qui motive cette famille, qu’est-ce qui les uni et pourquoi. Cela n’a l’air de rien, mais demande une certaine concentration pour, par exemple, écouter la façon dont Maman parle de son petit garçon tout en observant la réaction du Papa ou de la petite soeur. C’est là que se trouve les ingrédients qui vont me permettre ensuite de réaliser une mise en scène à la fois étonnante et personnelle.

En général ma prise de note est un vrai bazar organisé !

Après avoir noté toutes ces idées et bien écouté attentivement les souhaits de la famille par rapport à la prise de vue, il est important pour moi de prendre un petit peu de temps pour m’imprégner de ces notes et de me remémorer ce que j’ai ressenti lors de la rencontre.

Je laisse tourner tout cela dans mon esprit et je garde toujours mon carnet de notes pas loin...

Souvent beaucoup d’idées me viennent le jour même pendant ou juste après la discussion. Je me laisse cependant le temps de les compléter, de les améliorer et d’en trouver d’autres.

Une fois que j’ai validé quelques mises en scènes que je trouve particulièrement pertinentes, je réalise ce que l’on appelle un moodboard. De l’anglais « mood », ambiance et « board », planche, affiche, ce document permet de combiner sur une seule page le dessin d’une mise en scène donnée, des mots clés, quelques images pour illustrer le concept et un petit texte explicatif pour décrire l’ambiance et le contexte de la mise en scène. Ce document permet de transmettre efficacement et assez précisément l’idée que j’ai à l’esprit.

En une page l'idée est résumée.

La famille va pouvoir ensuite choisir celle qu’elle préfère. Ce document sert aussi de base concrête pour discuter et que j’affine certaines choses dans la mise en scène. Même si ce moodboard ne décrit qu’une atmosphère et un concept de façon globale, cela me permet d’être sûr de ne pas faire fausse route et de réellement proposer une mise en scène qui plaît à cette famille.
Une fois que tout le monde est d’accord, il ne reste plus qu’à programmer une date et passer à l’action !!

Le Résultat !

Ce qui est toujours amusant de constater, c’est qu’il y a quand même un certain nombre de petites différences entre ce qui avait été prévu en terme de pose et ce qui a effectivement été réalisé. Lorsque je fais un moodboard, je sais pertinemment  que la pose sera assez libre par rapport à ce qui avait été prévu. J’essaie davantage de poser un cadre, une atmosphère dans lequel la famille peut évoluer et se positionner librement.
Le jour de la prise de vue, le moodboard est surtout un fil directeur pour que tout le monde soit sur la même longueur d’onde.